AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 La Transformation de mortel à immortel.

Aller en bas 
AuteurMessage
Darklight City

Botte-popotin en service

Botte-popotin en service
Darklight City

Nombre de messages : 694
Date d'inscription : 10/02/2005

·Fiche Informative·
Race  : Truc Indéfinissable
Activité  : Dieu à temps partiel
Etat de Santé  :
La Transformation de mortel à immortel. Left_bar_bleue100/100La Transformation de mortel à immortel. Empty_bar_bleue  (100/100)
La Transformation de mortel à immortel. Empty
MessageSujet: La Transformation de mortel à immortel.   La Transformation de mortel à immortel. EmptyMer 21 Oct 2009, 03:07

Comment devient-on immortel ?

Pour les vampires, comme pour les lycans :


Le lycanthropisme, comme le vampirisme, se transmet invariablement par le sang. A l’heure actuelle, il n’existe aucune synthétisation de ces deux « maladies ». Il existe plusieurs méthode de contamination. Pendant des siècles, la plus courante était purement accidentelle. Un mortel et un immortel se battent, se blessent, leur sang entre en contact via une plaie, et le changement finira par s’opérer. Par la suite, certain peuvent choisir de donner délibérément leur sang. Autrefois, un transformation volontaire se faisait par simple ingestion. Il suffisait donc à un mortel de boire le sang d’un immortel pour être contaminé. Par la suite la méthodes par transfusion a été créé (ce qui permettait de stocker du sang d’immortel en vue de transformation), mais ce système a surtout été employé par Coecaedes, puis par l’Ordre du Temple.
Par la suite, le changement de mortel à immortel peut varier de une à vingt-quatre heures, voire plusieurs jours dans des cas exceptionnels. Inutile de préciser que plus c’est long, plus c’est douloureux. La durée de ce passage dépend avant tout de l’état de santé de la victime. Plus celle-ci sera faible (malade, blessée, ou anémiée) plus le changement sera rapide. En revanche, plus l’humain sera en forme, plus ça sera long (le système immunitaire tâchant de faire son travail en luttant sans succès contre le développement de la maladie). Pendant ce laps de temps, le future immortel n’est pas contagieux. Il ne le sera qu’une fois la transformation achevée.


Comment un mortel vit-il sa transformation ?


Pour les lycans, comme pour les vampires, cette étape est quelque peu douloureuse, voire parfois simplement insupportable. Mais chacune des deux espèces possède une façon différente de vivre la chose.

Les lycans…
Pour eux, c’est l’enfer. La transformation est une véritable torture. Peu à peu, une sorte de bestialité s’installe en eux, troublant tous leurs sens, perturbant leur vision du monde, faussant le moindre de leur ressenti. La première transformation en loup à proprement parlé s’effectue pendant cette contamination et ne s’achève qu’une fois que la maladie est définitivement installée.
Il faut voir ça comme une sorte de seconde personnalité sans conscience humaine, avec un instinct sauvage développé à l’extrême qui cherche à prendre entièrement possession de la victime.
Le changement physique également est douloureux à l’extrême. Les muscles grandissent, s’alongent, les os changent de forme, d’épaisseur, la mâchoire s’agrandit, les dents se modifient, deviennent tranchantes. Le corps entier se couvre de fourure, généralement dans les même tons que la pillosité originelle de l’humain. La sensation équivaut à celle de se faire démembrer par un marionettiste fou qui s’éclate avec les différents morceux et les tords pour les réassemblé dans une posture inhumaine.
Il n’est pas rare qu’un humain devenant loup sans soutien de la part d’un congénère perdre purement et simplement la tête, ou meurt par la douleur. Il n’existe à l’heure actuelle rien pour amoindrir l’effet de souffrance.
Les humains qui luttent contre l’intrusion animale ne peuvent que retarder la transformation et donc décupler la douleur. Les premiers changements d’état sont toujours le fruit d’un échec de la volonté humaine. La moindre émotion (haine, faim, amour, frustration) est exacerbée, tirant l’humain vers le loup. Le retour à l’état d’humain dans ces cas-là se fera soit par épuisement, soit par assouvissement de l’instinct, ou dans de rares cas par la volonté humaine qui reprend le dessus.
L'instabilité de la forme du loup dépend également du sujet, de sa force morale, et surtout du soutient qu'il a de la part d'un semblable. Un lycan sans guide a 99% de chance de devenir complètement fou et ce, de manière irréversible. Pour qu'un lycan sache modérer son désir inavoué de bestialité, il faut compter une moyenne de deux à trois ans. A partir de là, avec les années, il pourra obtenir une maîtrise idéale et savoir arrêter sa transformation à certains stades, puis à activer un changement uniquement sur certaines parties physiques (pour cette dernière catégorie, il faut compter une moyenne d'un siècle de vie et de l'entraînement à la limite du masochisme).

Aux changements physiques s’incluent dans les jours qui suivent une exacerbation des sens. Les odeurs sont plus flagrantes, donnant mal au cœur. Le toucher est plus sensible, l’ouïe plus perfectionnée jusqu’à donner des migraines, le goût des aliments n’est de loin plus le même, la vue devient beaucoup plus aiguisée, la force et l’endurance ne permet plus d’estimer ses limites convenablement. Il faut un temps d’adaptation qui s’étale en général dans le courant de la première année suivant la contamination.

Par la suite, le loup va apprendre à se maîtriser, à faire en sorte de changer de forme selon sa volonté et non plus selon un instinct animal. Pour cela, il vaut mieux avoir un loup expérimenté à ses côtés pour apporter un soutien aussi bien physique que moral. C’est aussi une des raisons qui pousse les loups, par-delà l'instinct, à vivre en meute. Un loup solitaire, contaminé et abandonné, n’a que très peu de chance de survie. Qui plus est, à l’époque de Noctiluca, un loup qui refusait un soutien et ne se contrôlait pas était facilement mis en détention le temps qu’il apprenne à se maîtriser (afin d’éviter qu’il ne tue bêtement et attire l’attention). Dans des cas plus extrême, un loup définitivement perdu psychologiquement parlant est systématiquement abattu, afin d’éviter des massacres.

En général, les lycans évitent de propager leur espèce via le sang pour des raisons évidente de bon sens. A moins qu’il ne s’agisse d’une vengeance ou d’un désir qui défie la raison.

Cas particulier : les loups nés naturellement ne sont pas soumis aux mêmes souffrances. Un lycan naturel n’a pas autant de difficulté à lutter contre sa part animale puisqu’il est né avec. La bête fait partie intégrante de sa personnalité et reste contrôlée. Il peut arriver qu’une émotion excessivement forte leur fasse perdre le contrôle, mais c’est rare. Cependant, il lui faudra tout de même de l’entraînement pour maîtriser et améliorer ses transformation. En général, c’est l’un des parents qui se dévoue à la tâche de l’enseignement. Dans une meute, il arrive aussi qu’un lycan particulièrement sage est expérimenté prenne à sa charge les jeunes loups au lieu des géniteurs.


Les vampires…

Si leur transformation est également douloureuse, elle est, contrairement à celle des lycans, parfaitement supportable. Il est excessivement rare que la souffrance fasse des dégâts psychologiques à un future vampire. L’étape du changement ne dépasse pas les vingt-quatre heures, même pour ceux qui tentent de résister. Il se traduit par une évolution perturbante des sens (qui deviennent nettement plus poussés, même si ce n’est pas autant que celui des loups). Les canines s’allongent sensiblement et deviennent nettement plus tranchantes, ce qui provoque facilement des blessures aux lèvres le temps de s’habituer à la transformation.

La contamination peut s’effectuer accidentellement. Comme dans le cas du loup, il peut s’agir de contact par le sang au court d’une bagarre. Auquel cas, la transformation sera donc plus lente, et plus douloureuse puisqu’il n’y aura personne pour soutenir le future caïnite. Ça commencera avec des maux de tête, mal à la mâchoire, suivie quelques heures plus tard d’une soif décuplée que l’eau ne pourra pas apaiser. Puis viendra la pâleur maladive, parfois un peu de fièvre. En une journée, l’humain sera devenu vampire. Il peut néanmoins lutter contre la soif des journées entières, ce qui n’est de loin pas recommandé puisque dans ce cas, le besoin de sang finira par prendre le pas sur la raison. La première gorgée peut paraître euphorisante au point qu’un nouveau vampire ne saura probablement pas s’arrêter et ira jusqu’à tuer sa proie. C’est pourquoi les vampires ont tendance à surveiller les nouveaux nés, afin qu’ils ne commettent pas d’erreur qui pourrait leur nuire à tous.

Il arrive souvent que la contamination soit le fruit d’une décision. Un vampire a pu choisir de rendre immortelle une personne pour des raisons variables (bien qu’il soit rare qu’un caïnite décide de partager ce qu’il aura tendance à considérer comme une malédiction), ou un humain a pu demander l’immortalité. En tous les cas, la transformation guidée par un vampire du commencement à la fin est bien plus agréable. Pour débuter, l’immortel boit le sang de son infant, afin d’affaiblir au maximum son organisme et donc de faciliter la transformation. Il peut amener l’humain au seuil de la mort. Ensuite, il lui suffit de donner de son sang à boire. Là encore, plus il en donnera, plus la transformation sera rapide et moins douloureuse.
Pour simplifier ces étapes, un vampire expérimenté se servira de ses dons psychiques pour déformer la sensation de douleur de son infant, pouvant soit la faire passer pour de la simple appréhension, soit pour du plaisir.

En tous les cas, il est plus simple pour un vampire, à l’instar du lycan, d’avoir un guide afin de ne pas commettre d’erreur et surtout pour aider à développer les pouvoirs mentaux. Un caïnite se développant seul aura beaucoup plus de peine à travailler ses capacités hors normes. Il pourrait même ignorer l’existence des pouvoirs mentaux et ne jamais les développer. Le rattrapage de l’apprentissage est alors beaucoup plus difficile.

_________________
La Transformation de mortel à immortel. Sms24cozu4
La Transformation de mortel à immortel. 0083
Revenir en haut Aller en bas
Darklight City

Botte-popotin en service

Botte-popotin en service
Darklight City

Nombre de messages : 694
Date d'inscription : 10/02/2005

·Fiche Informative·
Race  : Truc Indéfinissable
Activité  : Dieu à temps partiel
Etat de Santé  :
La Transformation de mortel à immortel. Left_bar_bleue100/100La Transformation de mortel à immortel. Empty_bar_bleue  (100/100)
La Transformation de mortel à immortel. Empty
MessageSujet: Re: La Transformation de mortel à immortel.   La Transformation de mortel à immortel. EmptyMer 21 Oct 2009, 03:18

Problèmes éthiques liés à la transformation.


Jusqu’au 17ème siècle…
Vu que les immortels avaient par le passé été quasiment tous supprimés, les loups, comme les vampires, y réfléchissaient à deux fois avant de contaminer un humain. Les lycans préféraient se reproduire par voies naturelles. Il est en effet beaucoup plus difficile de gérer un humain qui doit subir une transformation lente, douloureuse, et sans garantie de survie. D’autant plus que la folie, très fréquente, pouvaient facilement manquer de discrétion et attirer l’attention de chasseurs. Les vampires étaient moins timides. En effet, ils ne pouvaient pas procréer naturellement. Il ne leur restait donc que la contamination. Qui plus est, ils avaient le temps de repérer des humains, les mettre à l’épreuve, juger leur fiabilité et leur dévouement avant de leur offrir l’immortalité. Mais là encore, il y avait peu d’élu. Même si certains vampires estimaient appartenir à un groupe très fermés d’élu, beaucoup considéraient la transformation comme une malédiction qu’il en fallait surtout pas propager. Dans d’autres cas, certains humains ont été contaminés par « bonté d’âme vampirique ». Une victime d’agression, un civil blessé dans une guerre, un soldat mourant, un malade condamné… Il s’agissait de personnes vouées à mourir qu’un immortel a voulu sauver. En tous les cas, la contamination caïnite était beaucoup plus fréquente que la contamination lycane. Les loups ne se mêlaient pas des choix des vampires, et inversement, du moins tant qu’aucun immortel nouvellement né ne mettait pas le Secret retrouvé en péril… Dans le cas contraire, un loup pouvait aisément vouloir tuer un vampire, et réciproquement.


Après le 18ème siècle…

La naissance de Noctiluca et Coecaedes ont commencé à réglementer officieusement les transformations, du moins autant que possible. Noctiluca veillait à éviter au maximum les contaminations involontaires, offrant même des centres d’aide aux nouveaux loups afin d’éviter des dérapages qui auraient pu nuire à toute l’espèce. Coecaedes tâchait de faire de même, mais avec moins de conviction. Qui plus est, la situation entre les deux entreprise est vite devenue tendue quand Coecaedes a commencé à proposé à certains de ses employés humains fidèles des opportunités d’accès à l’immortalité. La firme vampire a pu ainsi contaminer des humains sous le couvert d’une excuse que les loups ne pouvaient pas ignorer : la stérilité caïnite. Les contaminations se sont principalement faites par intraveineuse, ou par ingestion de sang, le tout sous surveillance d’un vampire expérimenté qui pouvait contrôler la douleur de l’infant.
Il est fréquemment arrivé pendant cette période que Noctiluca et Coecaedes entrent en conflits concernant la propagations de leurs espèces respectives. Mais les contrôles rigoureux de personnalité des futures vampires imposé par Coecaedes eurent raison de la colère des loups. Les deux firmes en arrièrent à un compromis. Lycans et vampires devaient s’occuper avec grand soin de leurs contaminés. Le moindre faux pas, la moindre perte de contrôle devait être résolu rapidement sous peine de voir un nouveau conflit éclater. Ainsi, les loups de Noctiluca, bien que ce soit contre-nature à leur sens, n’ont pas hésité à supprimer des lycans contaminés s’ils ne pouvaient se contrôler ni apprendre à se contrôler. De même, Coecaedes fit supprimer les vampires trop zélés qui s’amusaient à contaminer à tour de bras et à mordre des humains sans prendre de précautions ou pire, en tuant systématiquement alors que ce n’est de loin pas nécessaire.


Après la Grande Traque…
La contamination par le sang a considérablement diminués. Quelques humains fidèles qui sont restés pour soutenir la cause immortelle et qui ont exprimer le souhait d’être contaminé l’ont été, avec le soutien aussi bien des vampires que des loups, et ce quel que soit la race choisie par le mortel. L’essentiel était de préserver les races afin que la tolérance prenne le pas sur la haine dans le monde entier. Les transformations restent cependant rares. Il peut y en avoir dans plusieurs circonstances.
Par exemple, un humain allié a été mortellement blessé. Un immortel peut alors le contaminer pour qu’il survive. Ce n’est pas nécessairement un cadeau, soit dit en passant. Mais certains préfèrent vivre pour mieux se battre pour leur conviction au lieu de mourir d’une balle perdue.
Dans le cas des vengeances, il peut arriver qu’un soldat ou un membre de l’ordre soit capturé, questionné, contaminé puis… Relâcher. Il ne s’agit pas uniquement de sadisme. Il s’agit aussi d’un espoir de faire comprendre aux soldats que la contamination ne fait pas d’eux des dangers publique. Qui plus est, si l’un des leur, ami de longue date, revient contaminé, que son exécution est exigé par l’Ordre, les immortels espèrent que les soldats hercheront à s’y opposer ou tout du moins se poseront des questions sur la légitimité du génocide à travers le monde.


L’Ordre du Temple…

Il arrive peu à peu que des templiers se fassent délibérément contaminer afin de venir espionner DLC de l’intérieur. Ces transformations se font nécessairement par intraveineuse, après avoir anémié le patient. Les machines à dialyse sont souvent détourner afin de prendre du sang humain, d’en diminuer les quantité, et d’en mélanger un maximum pour que le changement soit le plus rapide possible.
Dans le cas d’un future lycans, ils essaie d’obtenir un loup expérimenté pour guider le templier sur le chemin de l’immortalité le plus sainement possible. Un guide peut être obtenu par les templiers de plusieurs manières. Soit en le tenant soumis par la menace (en retenant prisonnier des membres de sa famille par exemple), soit après de longues séances de tortures visant à briser son envie de liberté pour en faire un bon petit chien-chien soumis. Inutile de préciser que l’Ordre du Temple préfère de loin la seconde méthode, afin de ne pas perdre de temps à encombrer leurs geôles avec des lycans qui seront à leurs yeux mieux morts que vifs.
Dans le cas d’un future vampire, ils ne se donnent pas autant de mal. Le templier est contaminé, puis un jour plus tard, lâché dans la nature avec un passé fictif qu’il a dû apprendre sur le bout des doigts.

En tous les cas, les templiers qui deviennent des contaminés ne doivent pas perdre de vue qu’ils opèrent pour l’Ordre, sont dévoués à l’Ordre et, au cas où leur mission réussirait et que les immortels de DLC étaient tous exterminés, devront mourir à leur tour puisqu’ils ne sont plus humains. Monde cruel… Mais si c’est pour la bonne cause…

_________________
La Transformation de mortel à immortel. Sms24cozu4
La Transformation de mortel à immortel. 0083
Revenir en haut Aller en bas
 
La Transformation de mortel à immortel.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UH] Trafic mortel [DVDRiP]Action
» ?Quelle est votre ambition dans la vie ? Devenir immortel et mourir.
» Orgueil: péché mortel à Arda.
» Comment ça, apprend-moi à me battre ?! [PV Raph]
» Une promenade [Pv Souffle Mortel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darklight City :: † Avant de jouer... † :: L'Univers du Jeu-
Sauter vers: